Biographie

à propos des Cairns,de la mosaïque verticale,

de l'art éphémère, du Land Art, des Installations en pleine nature


[cairn, kern-inukshuk-steinmann-steenman-hermios-empilement de pierres]



           "Le C.A.I.R.N. est une Construction Artistique Incorporant des Roches Naturelles

        Installation © Pascal Levaillant 2012



  • Si chacun se souvient du logo des J.O d'hiver de Vancouver 2010, le cairn n'est pas seulement identifié au Canada car on trouve la trace et l'usage du cairn (kern) un peu partout dans le monde. Pour rester francophone, l'origine de l'empilement de pierre proviendrait de multiples lieux et d'époques comme d'usages.


Dans l'antiquité, en Grêce plus précisément, on trouvait déjà des hermios (empilements de pierres) pour marquer les routes. Dans la Grêce antique Hermès ne fut-il pas le dieu des routes et des voyages.


En France et en Europe, on trouve également beaucoup d'empilements de pierre au sommet des montagnes ou au bord des sentiers de montagne, comme j'ai pu en voir et en ériger dans les Alpes, dans les années 60.


On appelle ces empilements fréquemment des cairns. Le plus connu dans cette région est probablement le cairn de Barnenez, j'ai vu cet édifice en 2010 lors d'un séjour en Bretagne.

Le mot cairn proviendrait de l'écossais càrn. Il désigne plusieurs types de collines ou des tas de pierres naturels. En Ecosse, l'empilement de pierre sur des collines semble être une vieille coutume. La  dite coutume voudrait que beaucoup d'écossais déposent une pierre au sommet des collines qu'ils visitent. Selon un vieux dicton : "Cuiridh mi clach air do chàm " , traduisez: " J'irai déposer une pierre sur ton cairn".


Le cairn pouvait avoir fonction de tombeau néolithique (Inde, Tibet, Bretagne [Barnenez]

Le tumulus et le dolmen seraient une autre forme connue de cairn (Tumulus de Gravinis  [Golfe du Morbihan], alignements et empilements à Stonehenge [UK] que j'ai visité.

D'autres cairns célèbres et imposants sont bien connus: les pyramides égyptiennes de la haute vallée du Nil ou la pyramide de Khéops.

Le menhir serait un cas particulier car  monolithe, il est en principe érigé artificiellement sur un site.


Eriger des cairns reste un "art de faire" encore vivace  et répandu même s'il est peu visible du plus grand nombre d'entre nous.: galets, pierres, blocs, rohers, cailloux  sont les matières du cain maker, du randonneur, du promeneur, de l'artiste Land Art.


Par cette pratique il peut s'agir de défier les lois de la gravité et de la physique ou de l'équilibre.


S'agit-il de représenter l'immortalité de l'homme du fait de son court passage sur terre?

S'agit-il encore de marquer son passage sur un itinéraire?

S'agit-il d'une pratique qui constitue un lien social sur un territoire donné et qui perpétue la coutume écossaise ?

 

En ce qui me concerne mes cairns  érigés en pleine nature, ils sont les pièces uniques de mon art éphémère (Land Art et mosaïque verticale) mis en scène  sur les berges de la Seine, de l'Eure, sur le littoral normand de la Côte d'Albâtre,  celle du Cotentin, en Bretagne sur les côtes de l'Île est Vilaine, du Pays du Trégor, du Léon en Finistère, sur les rives des rivières et des cours d'eau du Lot, de l'Ain, de l'Isère, la Garonne...


A contrario des monolithes (menhirs), le cairn s'apparente à une mosaïque de pierre verticale, toute en équilibre dénouée de joint..

De cet art et  de cette pratique ancestrale  s'érige  une installation  plus ou moins éphémère car elle se trouve éprouvée par le jusant ou le flux, par le vent, la pluie, le courant d'air, la montée des eaux...le temps, l'emprise du temps.


Le cairn  est entré comme discipline artistique dans le Land Art, au cours  des années 60.au USA.

Le Land Art est devenu une tendance de l'art contemporain à part entière.

Les artistes utilisent des matériaux issus de la nature comme le bois, la terre, les pierres, le rocher, le sable et biens d'autres matériaux naturels.

 

Les artistes  du Land Art utilisent ces matériaux en les creusant, en les évidant, en les sculptant, en les déplaçant dans l'espace, en les répétant, en les accumulant, en les plantant et en les fichant dans le sol, en les habillant, en les transformant...

En cela je dirai que le CAIRN  est une Construction Artistique Imitant  les Rochers Naturels.


Le Land Art propose une approche monumentale, minimale et conceptuelle du traitement artistique du paysage.

En phase avec une certaine idée du respect de la nature depuis mon plus jeune âge j'œuvre davantage sur une toute légère modification, très provisoire, des éléments sélectionnés pour l'édification du cairn. En effet en raison des marées, des flux, reflux la plupart de ces installations éphémères retournent naturellement au fleuve ou à la mer par les seuls effets de l'eau ou du vent.

Plus généralement les artistes du Land Art veulent vivre et opérer un rapport intime avec la nature en proposant d'éloigner l'art des musées et des galeries.

Beauoup s'inspirent des sites archéologiques et sacrés, certains ajoutent à leurs oeuvres des éléments naturels étrangers à la structure première, aux matériaux originels de l'oeuvre.

Pour ma part, j'utilise seulement les matériaux existants. .

A contrario de mes installations en pleine nature, le premier axe historique  fut le gigantisme lié aux paysages américains et la transformation important de ces lieux, dans les années 60.


 

Gilles A. Tiberghien offre un aperçu des connaissances sur et autour du Land Art dans son ouvrage « Land Art », il définit le Land Art comme une épure et l’ambition de se débarrasser de l’art du chevalet et des grands principes du modernisme et faire entrer l’art hors des musées et de le faire autrement que dans des expositions muséales.

 

Jean Noël Fessy postule que l’art dans la nature, « c’est sortir de son atelier solitaire pour aller travailler dans la nature, en rapport et avec la nature, nature qui peut d’ailleurs très bien être urbaine »


 œuvrer dans la nature devient ma toile.


Source in :

www.artactif.com/fessy,

www.artactif.com/fr/land-art.php-


 

 

Voici les liens de quelques artistes:


http://www.davidstricker.ch/

Oeuvres d'art en Plein air, Andy Goldsworthy

http://nicolas.wintz.nw.pagesperso-orange.fr

Clémence Renaud – Elizaveta Konovalova : CAIRNS - ArtéMédia

www.artactif.com/fessy

www.artactif.com/fr/land-art.php-

www.richardshilling.co.uk/ 


Ouvrages:

  • Hervé Le Tellier. Inukshuk, l'homme debout. Bordeaux : Castor astral, 1999. (roman)
  • Mike Ulmer. The Gift of the Inuksuk. Chelsea : Sleeping Bear Press, 2004. (littérature jeunesse)
  • Gérard Moncomble. Inukshuk, le garçon de pierre. Milan jeunesse (Terre de couleurs), 2004.  (littérature jeunesse)

     

  • Marc Pouyet - Artistes de nature Pratiquer le Land Art, au fil des saisons Ed Plume de carotte

    www.plumedecarotte.com/


     

Je remercie ces auteurs pour ce collectage de données qui restent à approfondir.


librenecessite.over-blog.com/article-empillements-de-pierres,

fr.wikipedia.org/wiki/Inukshuk,

Empilement de pierres - Martouf


Je ne manquerai pas de compléter ces références bibliographiques au fur et à mesure de mes lectures et de mes découvertes

PS: Vous pouvez aussi m'adresser de nouveaux liens et d'autres  références à des ouvrages si vous le voulez, cela nous permettra d'enrichir nos connaissances. Merci












 

 

 

Le Chaméléon - Sculpture mosaïque sur bois flotté

© Levaillant 2010


A l’école élémentaire nous découpions les mots en syllabes pour en reconstruire d’autres, bizarres et poétiques.

Ainsi est né, bien plus tard, le chaméléon: association de chat et de caméléon.

Le Chaméléon semble tout droit sorti d’un Muséum d’Histoires Surnaturelles.

Ses couleurs vives et chatoyantes donnent à la bête un air félin et ravageur ainsi figé devant sa proie.

Ce prédateur imaginaire, fantasmatique témoigne d’un âge révolu et préhistorique.

 

La bête de Crayssac - Sculpture mosaïque sur bois flottés

© Levaillant 2009


La partie sectionnée de la pièce originelle de l’éléphant loup a servi à la création de la bête de Crayssac. Ce morceau de bois résiduel me fit penser immédiatement à la tête d’un félin tout droit sorti de la préhistoire.


Le Périgord fut jadis les terres où régnaient ces tigres préhistoriques comme près de Cro-Magnon en Dordogne (Combarelles, Font de Gaume)


C’est dans le Lot, été 2009 qu’il fut sculpté et mosaïqué pendant un séjour de vacances dans cette contrée.

 

Le Minotaure - Sculpture mosaïque sur bois flotté

© Levaillant 2010

 

Cette pièce s’inspire de la mythologie grecque. Elle est proche de l’univers surréaliste de Dali,

Le paradoxe de l’œuvre c’est sa fragilité à contrario de la force que la bête peut nous suggérer.

 

Le loup vert - Sculpture mosaïque sur bois flotté

© Levaillant 2010


Symbole de la faune locale des temps jadis, le loup vert réapparait en Haute Normandie.

Il s’inspire de la représentation du loup vert visible dans le vitrail de Max Ingrand de l’église d’Yvetot.

Cette renaissance vient en contrepoint de la légende du "loup vert de Jumièges" encore bien répandue et bien connue des normands. (An 648)

 

 
«StartPrev12NextEnd»

Page 1 of 2